Objectif atteint pour Nissan au Mans !

nissan-gtr-lm-nismo-2

Nissan, challenger attendu avec sa Nissan GT-R LM NISMO, a fait ses débuts à l’occasion des 24 Heures du Mans. L’ampleur du défi que représente un engagement dans la catégorie reine de l’endurance est telle que Nissan s’était fixé pour objectif d’amener l’une de ses trois voitures à l’arrivée.

Malgré les difficultés, Nissan place une voiture à l’arrivée

Dimanche après-midi à 15h00, la Nissan GT-R LM NISMO n°22 d’Harry Tincknell (GB), Michael Krumm (GER) et Alex Buncombe (GB) est passée sous le drapeau à damier, ralliant ainsi l’arrivée de la course la plus mythique du monde après avoir triomphé de toutes les difficultés.

Au cours des 10 premières heures de l’épreuve, les trois Nissan GT-R LM NISMO ont accumulé les kilomètres, chacune d’elles bouclant plus de 100 tours du circuit de 13,629km du Mans. La course n’a pas été exempte de péripéties pour la n°22, en proie à d’inévitables problèmes de jeunesse mais également victime de la présence de débris sur la piste. La plus grande ‘frayeur‘ s’est produite après quelque neuf heures de course, quand Tincknell a percuté un gros fragment de carrosserie alors qu’il approchait à pleine vitesse – 340 km/h – du virage d’Indianapolis.

« Tout au long de la course, nous nous sommes efforcés de ménager la mécanique afin d’accumuler un maximum de kilomètres et d’atteindre l’arrivée« , a déclaré Tincknell. « Je ne m’attendais certainement pas à heurter un énorme morceau de ‘quelque chose‘ qui se trouvait en plein milieu de la trajectoire. Il a fallu s’arrêter pour réparer les dégâts occasionnés, ce qui nous a fait perdre pas mal de temps. C’est d’autant plus dommage que la voiture fonctionnait bien à ce moment. Nous avons un peu souffert au début de la course mais j’ai rapidement réussi à passer sept ou huit voitures de la catégorie P2. Ensuite, je me suis attaché à préserver la voiture pour rallier l’arrivée sans encombre. »

Les 24 heures du Mans, un challenge énorme

Les 24 Heures du Mans représentent un énorme challenge pour tout constructeur, mais y faire ses débuts exige un effort herculéen. L’équipe Nissan NISMO a travaillé sans relâche depuis que la Nissan GT-R LM NISMO a fait ses premiers tours de roue fin 2014. Le développement de la voiture en est encore à un stade embryonnaire mais un grand nombre de leçons ont été tirées de ce week-end au cours duquel le team a travaillé avec acharnement pour que les voitures restent en piste.

Le premier incident s’est produit peu avant la 10e heure, quand la Nissan n°21 a perdu une roue et n’a pas pu regagner les stands malgré les efforts de Tsugio Matsuda (JAP). Lucas Ordoñez (ESP), le compagnon d’écurie de Matsuda, avait pris le départ au volant de la n°21 avant de passer le relais à Mark Shulzhitskiy (RUS), auquel avait succédé le pilote japonais.

« Ces 24 Heures du Mans ont été difficiles pour nous mais nous nous y attendions« , a déclaré Ordoñez. « Le départ de la course s’est bien passé. Les premiers relais ont été efficaces et sans problème mais à la nuit tombée, nous avons commencé à connaître des difficultés, puis Tsugio (Matsuda) a eu des ennuis avec l’une des roues et n’est pas parvenu à revenir jusqu’au stand. Perdre une roue avant lorsque vous pilotez une voiture dont les roues avant sont motrices, n’est pas l’idéal. C’est fâcheux mais je dois remercier l’équipe qui a produit un effort surhumain au cours de ces dernières semaines et ces derniers mois. Ils ont été très déçus que leur voiture n’arrive pas à regagner les stands. Nous avons tellement appris ce week-end ! Nous avons collecté une grande quantité de données et nous avons aussi appris à travailler en équipe. Nous devons maintenant poursuivre notre apprentissage, nous améliorer et progresser en vue du futur. »

La Nissan n°23 contrainte à l’abandon à seulement une heure de la fin

Le renoncement le plus douloureux a peut-être été celui de la Nissan n°23, contrainte à l’abandon par un problème de suspension. Jann Mardenborough (GB), ainsi que ses équipiers, Max Chilton (GB) et Olivier Pla (FRA), ont été retardés par une défaillance de l’embrayage au départ mais ils restaient résolument en course et paraissaient assurés de rallier l’arrivée quand Mardenborough a été forcé de se ranger sur le bord de la piste à seulement une heure de la fin.

« Le fait de ne pas avoir pris le départ m’a permis d’éviter tous les dangers« , a déclaré Mardenborough. « Ma première série de tours a vraiment été très bonne, les pneus tenaient le temps de trois relais et je me préoccupais uniquement de rester sur la piste. J’ai été écœuré de devoir abandonner à seulement une heure de l’arrivée. J’ai fait tout mon possible pour repartir mais en vain. Sur la fin de la course, la voiture était bien meilleure qu’au départ grâce aux progrès réalisés tout au long du week-end. Merci à l’équipe qui a travaillé si dur, en particulier ces dernières semaines. »

 

Les moteurs Nissan brillent en LMP2

En plus de son programme naissant en LM P1, Nissan fournit des moteurs à de nombreuses équipes engagées en LM P2 au Mans. Ces teams ont suscité la fierté du constructeur japonais au Mans en s’adjugeant les six premières places de la catégorie LM P2 à l’arrivée. La victoire est revenue à la Nissan de KCMG Oreca n°47, suivie par la Nissan de JOTA Sport Gibson victorieuse l’an dernier, tandis que la Ligier-Nissan n°26 de G-Drive est montée sur la troisième marche du podium. Gaëtan Paletou, le dernier élément de Nissan à passer du pilotage virtuel au Mans, n’a malheureusement pas pu prendre part à la course, sa voiture ayant abandonné avant que ne vienne son tour.

La Nissan GT-R LM NISMO disputera sa prochaine course à l’occasion des 6 Heures du Nürburgring, quatrième manche du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA, qui aura lieu le 30 août.

nissan-gtr-lm-nismo-1

nissan-gtr-lm-nismo-3

nissan-gtr-lm-nismo-4

nissan-gtr-lm-nismo-5


 

Laisser un commentaire